L’élevage et l’alimentation

L’élevage

Nous privilégions le choix de la race. En effet, nous achetons des animaux de 1 jour, des poulets à croissance lente de race cou-nu noirs et rouges.
Les volailles restent ensuite 110 à 120 jours sur la ferme pour les poulets, 130 jours pour les pintades.
Les chapons sont installés en poulailler, à partir de fin avril… Ils garniront les tables à Noël.

L’alimentation

Nous réalisons nous-même l’aliment de nos volailles dès l’éclosion :

Cet aliment est constitué de :
– orge ( céréale )
– blé ( céréale )
– maïs ( céréale )
– pois et fèverolles ( protéagineux )
– tourteau de colza ( oléagineux )
– minéraux

Chez nous, un poulet mange environ 10 kg d’aliment

Nous n’utilisons :

– ni antibiotique
– ni autre produit vétérinaire.

Nous préférons la patience et l’observation pour apporter les soins adéquats et permettre le maintien de conditions d’élevage idéales.

Tous les matins nous vérifions l’aération et le paillage des bâtiments. Nous contrôlons la qualité du plumage, témoin de la bonne santé et du bien-être de l’animal.

Les cultures

Notre objectif: la traçabilité

Sur les 80 ha de l’ exploitation, Christian cultive blé, orge, maïs, pois, fèverolles, colza, dans un esprit d’agriculture biologique.

Le complément est acheté chez nos voisins dans le canton de Fouesnant.

Les récoltes sont séchées et stockées sur place, sans insecticide ni conservateur.

Ainsi, sommes nous sûrs de l’origine des cultures et garantissons des grains non traités après récolte.

C’est une production essentiellement locale qui limite les transports et les émissions de co2.

La culture du colza

Le colza ( Brassica Napus ) variété de chou -navet, est une plante herbacée annuelle de la famille des crucifères.

Etymologiquement, le mot « colza » viendrait du néerlandais « koolzaad », graine de chou.

Elle est cultivée pour ses graines riches en protéïnes et en huiles, et accessoirement pour la production de fourrage vert au printemps.

Elle est semé au mois de setptembre.

Ses fleurs qui parsèment les champs de Bretagne de jaune vif durant le printemps…

donnent des gousses chargées de graines au mois de juillet.

Et la récolte commence

En règle générale, quelle soit à usage alimentaire ou industriel, la production d’huile est la raison d’être de la culture du colza.

Cependant, à Kerguilavant, le colza est essenciellement cultivé pour l’alimentation animale et utilisé sous forme de tourteau.

En effet, la teneur en protéines relativement élevée de la graine de colza (trois fois plus que dans les céréales) est un atout important. Elle permet de se passer du soja.

Le tourteau est obtenu par pressage de la graine à froid.

La culture du blé

Le blé est semé à la fin de l’automne ou au début de l’hiver, sur environ 25 ha. On l’appelle le blé d’hiver. Avec l’orge et le triticale, il fait partie des céréales à paille que nos semons.

Au printemps, il est sorti de terre

En été, il est mûr et la récolte commence.

La culture des féveroles

Les féverolles sont des plantes annuelles de la famille des vicia faba.

Elles font partie des légumineuses. Elles sont riches en protéïnes et complètent les céréales.

Nous les semons fin février sur environ 10 ha.

Un environnement respecté

Nous essayons de garantir une meilleure pratique en produisant localement, en séchant et en stockant nous même nos récoltes. Nous abattons et emballons nos produits sur place.

Un produit local entraîne une économie d’énergie. Cela limite les transports et donc les émissions de CO2.

Nous refusons de donner des OGM à nos volailles car nous avons un manque de recul quant à ces cultures. Nous avons donc remplacé le soja par du colza local, depuis 10 ans, bien que le soja soit un bon élément nutritif.

L’importation de soja nuit aux pays en voie de développement, aux  » petits  » paysans en compromettant leur existence même. Cela engage des transports coûteux et polluants et empêche une bonne maîtrise de la traçabilité.

Cette pratique de 31 ans, maintenant, et une réflexion permanente nous amènent aujourd’hui à convertir notre élévage progressivement à l’agriculture biologique.